Solidaires 87SUD Éducation LimousinSUD Crédit Agricole MutuelSUD PTT LimousinSolidaires Finances Publiques LimousinSUD Rail 87SUD Banque Populaire Caisse EpargneSUD Santé Sociaux LimousinSolidaires 87

Face à la baisse dramatique du niveau des écoliers en lecture, le ministre de l’Education Nationale démissionne…

Résultats médiocres pour les écoliers français : la dernière enquête Pirls (Progress in International Reading Literacy Study) qui compare les systèmes éducatifs de 50 pays les place à la 34e place en compréhension de lecture. Seuls, la France et les Pays-Bas ont régressé depuis quinze ans.

Face à cette situation dramatique, le ministre actuel de l’Education Nationale aurait pu prendre ses responsabilités et déclarer par exemple que la hausse incessante des effectifs d’élèves dans les classes ne favorise pas les apprentissages.

Il aurait pu déclarer aussi  que la fermeture répétée de nombreuses écoles dans le pays n’y contribue pas non plus ; que la précarisation des personnels, et en particulier des enseignant.e.s, n’est en fin de compte pas favorable aux apprentissages des élèves, et qu’il serait bien préférable de former correctement des enseignant.e.s titulaires.

En résumé, il aurait pu déclarer que la dégradation perpétuelle des conditions de travail pour les élèves et les personnels explique en grande partie ces résultats ; que le dysfonctionnement actuel de l’école publique est la conséquence inéluctable des politiques d’austérité mises en place depuis plusieurs décennies.

Mais il ne l’a pas fait.

Il ne l’a pas fait, parce qu’il sait que la dégradation de l’école publique contribue au transfert progressif de l’enseignement vers le privé, la marchandisation progressive de l’école étant à l’ordre du jour du programme capitaliste.

Et il a préféré annoncer le retour de la dictée obligatoire, mesure stupide et élitiste s’il en est, cet exercice ultra-traditionnel favorisant immanquablement les élèves les plus à l’aise et traumatisant le plus souvent les élèves en difficulté.

Ces propos sont totalement irresponsables et mettent en danger les apprentissages du plus grand nombre d’élèves : il sont l’équivalent d’une démission face à l’ampleur du problème posé.

Sud éducation Limousin demande donc à ce que le ministre reste cohérent : qu’il démissionne effectivement.

Régression en lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *